* ALGODYSTROPHIE *

L’ ALGODYSTROPHIE


C'est une maladie osseuse entrainant des douleurs mécaniques, osseuses et ligamentaires ainsi qu’une déminéralisation non homogène des os, avec des troubles de la peau et des phanères (ongles, cheveux).

L'algodystrophie résulte d'une perturbation de la circulation sanguine elle-même liée à un dérèglement du système nerveux végétatif sympathique (souvent suite à un traumatisme) qui empêche le bon fonctionnement en apport en sang et en nutriment aux os et structures périphériques.

Le système des artérioles et des capillaires qui se trouve dans les os se bloque en vasodilatation (augmentation de la taille des vaisseaux sanguins). Le segment de membre atteint est alors rouge et oedématié par afflux trop important de sang.

Puis un spasme intervient ensuite suivi d'une vasoconstriction active (diminution du diamètre des vaisseaux sanguins). Le membre devient froid. Les poils tombent, les ongles cassent. Des rétractions des tendons et des aponévroses ne tardent pas à survenir. Tout cela par manque de sang et de nutriments transportés par celui-ci. L’articulation souffre par manque d’apport de vitamines et d’oligo-éléments nécessaires à sa guérison et à sa réparation.

Les localisations sont, par ordre de fréquence décroissante : le poignet et la main, l'épaule, le pied et la cheville, le genou, le coude, la hanche…

Le début est le plus souvent insidieux. Les douleurs sont souvent intriquées avec celles du traumatisme déclenchant, lorsqu'il existe.

A la phase d'état, le patient se plaint de douleurs d'intensité variable, comparées à une brûlure, de type mécanique, calmées par la mise au repos du membre et réveillées par les émotions, le bruit, le mouvement. La douleur est massive et n'a pas de topographie précise.

Une impotence fonctionnelle (difficultés dans les mouvements) et une amyotrophie (fonte musculaire) ne tardent pas à survenir. Les articulations sont enraidies par un œdème dur, ferme, douloureux. Il n'y a pas de véritable lésion articulaire.

La peau est rouge, chaude avec augmentation de la transpiration des paumes ou des plantes de pieds. La main est boudinée.

Puis les douleurs s'atténuent, l'œdème disparaît, la peau devient froide et cyanosée. Des troubles trophiques de la peau peuvent survenir. La maladie peut guérir lentement ou laisser s'installer des séquelles parfois invalidantes (rétractions des tendons, limitation des mouvements, douleurs, membre froid, poils tombés, ongles fragiles).

L'évolution est cyclique et se fait spontanément en 9 à 15 mois vers la consolidation avec raideurs séquellaires qu'il faut essayer d'éviter. Au niveau du membre supérieur, l'algodystrophie peut réaliser le syndrome épaule-main.

La radiographie montre une déminéralisation osseuse non homogène. L'os apparaît moucheté, tigré. Les signes radiologiques sont en retard de 2 à 6 semaines sur les signes cliniques.

La scintigraphie osseuse peut montrer précocement une hyperfixation osseuse. Le bilan biologique : vitesse de sédimentation parfois accélérée, bilan phosphocalcique normal...

LA PRISE EN CHARGE :

La vasoconstriction et vasodilation des vaisseaux sanguins sont sous le contrôle du système nerveux qui a été perturbé, soit par un choc physique, un choc émotionnel, ou tout autre type d’atteinte pouvant influencer sont fonctionnement.

Le but de la prise en charge est donc uniquement de travailler sur les centres nerveux afin qu’ils envoient les bonnes informations à l’ endroit en souffrance.

Cela se fait de deux manières complémentaires : l’une en travaillant sur les vertèbres qui contrôlent neurologiquement la zone articulaire qui cherche à guérir, l’autre en travaillant en acupuncture la zone, ce qui permet de manière très efficace de faire venir le sang dans l’os en souffrance et donc de permettre sa cicatrisation. Le méridien essentiel à traiter dans de ce genre d’atteinte est le rein, car il contrôle la qualité de l’os.

Les injections de calcium ne servent généralement à rien car le sang ne parvenant pas à l’endroit où il manque, l’injection rend malade, mais ne permet aucun effet thérapeutique.

L’acupuncture et la chiropractie sont les soins d’excellence dans ce genre de pathologie, voir les seuls véritablement efficace. Ils donnent rapidement un résultat et évitent les rétractations fibreuses qui rendent la récupération articulaire difficile et souvent incomplète faute de prise en charge correcte.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×