* SYSTÈME RESPIRATOIRE *

L’APPAREIL RESPIRATOIRE

 

L’APPAREIL RESPIRATOIRE :  Keli haneshimah

 

Sens de la racine : la racine « nasham », signifie souffler, s’ébrouer, haleter : cette racine désigne tout ce qui vit de l’air aspiré et inspiré

Mots clés : souffle, haleine, respiration, poule d’eau, cygne

L a respiration exprime la sensibilité de l’âme. L’inspiration met en relation notre âme et nos profondeurs inconscientes et l’expiration connecte notre spiritualité à notre vitalité matérielle : qui met en évidence l’échange ;

Ainsi notre appareil respiratoire exprime les relations que l’on entretient avec notre environnement, autant sur la façon de se protéger, que de chercher à échanger avec lui.

Valeur numérique : 405 « néshimah », comme « shiqah », abreuver, irriguer, car le souffle se comporte comme l’eau, mais à un niveau plus subtil. Et aussi à « qasah » l’endurcissement, l’obstination et l’entêtement, tout ce qui peut bloquer le souffle.

Clés des pathologies : Situations étouffante, peurs, besoin d’échanges, protection et résistance face à son environnement, besoin d’une relation spirituelle, relation platonique.

 

NEZ : AF – H’otém

 

Sens de la racine : « af », exprime l’entraînement, l’emportement jusqu'à la colère, et aussi la similarité

La racine « h’atam », qui montre l’acte de fermer la gueule d’un animal pour le dompter, c’est pourquoi le mot désigne en hébreu à la fois le nez et le mors.

Mots clés : colère, emportement, insolence, maîtrise, domptage, retenir.

Le nez est le siège de l’odorat, de notre capacité de sentir des odeurs. Cette fonction lie cet organe à notre intuition, comme l’œil, il devient un symbole de clairvoyance, de perspicacité, de discernement. .

Valeur numérique :  81 « af », c’est celui de l’identité, le nez est un trône pour le souffle. 57 « h’otem », c’est le nombre de la destruction et de la construction.

Clés des pathologies : Colère contenue, perte de contrôle et de choix, manque de ressenti, situation qui sent mauvais, besoin de liberté, effronterie, pressentiment.

 

BOUCHE : Pé ou Pi

 

Sens de la racine : vient de « paah » qui signifie souffler, disperser et de la racine « payah » qui rajoute la notion d’ouverture et de mesure

Mots clés : Disperser, éparpiller, coin, bord, coté, perruque, ici, orifice, embouchure.

Au sens propre, la bouche c’est l’haleine, la voix et par extension, l’éloquence, l’inspiration.

La bouche joue un role essentiel pour l’assimilation de la nourriture, elle le broie. Elle atténue la température des aliments pour la rendre supportable au corps. Enfin elle transforme les sons émis par les cordes vocales en mots.

La bouche est l’ouverture de la vie, elle reçoit la matière permettant la survie du corps, et exprime la parole intérieure, se plaçant comme un organe de communication et de digestion.

De même que la bouche peut passer du digestif au respiratoire elle manifeste notre capacité spontanée de changer de niveau. La bouche , par la parole à plusieurs sens, elle exprime les appétences, les aspirations et tout ce qui est ou n’est pas à notre gout.

Valeur numérique : 85 « péh » , comme « milah », la circoncision et mot.

Clés des pathologies : Difficulté à garder ou à exprimer un secret, difficulté à s’extérioriser, peine à intégrer (ou ingérer) une situation, situation obstruée, excrétion, rejet.

 

LARYNX : Garon

 

Sens de la racine : « garan », signifie polir, aplanir, et désigne aussi le fait d’engranger

Mots clés : aire, grange, engranger, glouton

Ce lieu est la colonne de l’expression vocale, là ou s’engrange tous ce que l’on n’a pas dit ou que l’on a pu dire. C’est l’ultime porte avant la passage à l’intérieur, il est l’ultime recours pour bloquer ce qui ne doit pas rentrer ou qui est trop gros pour les organes suivants ( ça m’est rester en travers de la gorge)

Valeur numérique : 259  « garon », correspond aussi à « natar » qui signifie garder (garder rancune) et aussi « rubén » la détresse et « ah’érim », les autres, car le larynx maintient le contact avec les autres.

Clés des pathologies : Rester sans voix, quelque chose est rester de travers. Besoin d’exprimer une détresse ou une rancune : plus généralement, difficultés à  extérioriser ce que l’on ressent

 

TRACHEE ARTERE : Qanéh ou Garguéréth

 

Sens de la racine : « qanah » exprime le fait de se mettre droit, se dresser. Elle veut dire à la fois créer, édifier, se procurer et acquérir

Mots clés : Roseau, tige, canne, bras de balance, cheptel, possession, acquisition, cinnamome, cannelle.

Valeur numérique : 155 « qanéh », correspond à « mouqdah », le foyer (feu), c’est aussi le fait d’éprouver, et aussi de « naâléh » qui signifie : éminent, sublime, élevé.

Clés des pathologies : se sentir étouffé, incompréhension, convoitise, jalousie, dissimulation, besoin de développer sa créativité, mauvaise affaire, culpabilité, manque d’endurance, difficulté à se dépasser.

 

POUMONS : Réah

 

Sens de la racine : « raah », est reliée au verbe voir (envier, regarder avec envie, convoiter)

Mots clés : Voyant, prophète, forme, apparition, vision, paradigme, témoin.

Le poumon est l’organe essentiel de l’appareil respiratoire, il permet d’oxygéner le sang.

Le poumon droit est séparé en trois lobes et le poumon gauche en deux lobes. Ils sont entourés de deux fines membranes humides. Lorsque les muscles travaillent la consommation d’oxygène grandit. Le cerveau envoie alors des ordres aux poumons pour qu’ils accélèrent leur rythme. A près les efforts, une grande quantité de gaz carbonique est produite. Il nous arrive alors de bailler pour l’éjecter. Le rire et le hoquet sont des expulsions d’air irrégulières provoquées par le diaphragme.

Les poumons nous donnent la capacité d’intégrer la vie et l’esprit, d’absorber une partie de l’univers que l’on partage avec les autres créatures. Ils sont les artisans de la survie permanente. Ils permettent aux globules rouges de se décharger du gaz carbonique. Ainsi de même que les  yeux filtrent la lumière les poumons filtrent l’air et le sang en le rechargeant en oxygène.

Valeur numérique : 206 « réah » est lié à la parole « davar », parler, et à « âtsoum », l’intensité, le renforcement .

Clés des pathologies : Sentiment d’être étouffé, manque d’autonomie, besoin de montrer que l’on existe, de vivre intensément .

 

BRONCHE : Simfone

 

Sens de la racine : vient de « saâf », qui signifie, séparer, diviser, partager, se ramifier.

Mots clés : Adjonction, testament, complément, ramification, équivoque, rameau, pensée, opinion.

Les bronches sont des conduits aériens nés de la division de la trachée . Elles font descendrent l’énergie vitale au plus profond et représentent notre capacité à nous développer.

Valeur numérique : 236, comme « matsouq », qui est l’oppression et la détresse.

Clés des pathologies : Besoin de se déployer, hésitation, opinion mitigée, balancer entre deux attitudes, pensée agitée, besoin de se manifester, de protester, de militer, besoin de développer une idée, se sentir opprimé.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×