* CÉPHALÉES *

LES MAUX DE TETE ou CEPHALEES



Les maux de tête touchent presque tout le monde à un moment ou à un autre dans sa vie mais ne représentent souvent qu'une douleur passagère, un épisode court et vite oublié. Seule 10% de la population présentent des maux de tête handicapants au point d’affecter la vie professionnelle et la vie personnelle.

Céphalées de tension :

Les céphalées par tension musculaire proviennent d'une posture que l'on a gardée longtemps, d’une fatigue oculaire, ou d’un stress excessif qui contracte involontairement les muscles de la nuque. La douleur est sourde, touche les deux côtés de la tête et irradie vers le cuir chevelu, les muscles du cou, les articulations et les ligaments de la colonne cervicale et les trapèzes. Elles s’estompent lorsqu'on change de position ou que l'on cesse l'activité qui les provoque.

Céphalées par inflammation :

La sinusite, la méningite, un mauvais fonctionnement de la mâchoire, le grincement de dents peuvent tous provoquer des maux de tête plus ou moins importants à cause de l'inflammation qui les accompagne.

Céphalées vasculaires :

Les céphalées vasculaires proviennent d’une inflammation de l’artère au niveau du crâne et d’une augmentation des pulsations. Elles comprennent les migraines et la céphalée de Horton.
Les crises de migraine débutent plus ou moins tôt dans l'enfance, généralement avant l’âge de 20 ans, mais il est rare qu'elles persistent après 50 ans. Les symptômes tendent à diminuer avec l'âge. 
La céphalée de Horton est l’atteinte inflammatoire de l’artère temporale. Elle apparaît généralement entre 30 et 50 ans et est dix fois plus rare que la migraine. Elle touche plus souvent les hommes. Son origine est inconnue.
Elle se manifeste par une douleur soudaine autour de l’œil, de la joue, la tempe et le front qui gagne rapidement en force. La douleur peut causer une rougeur ou un larmoiement de l'œil. Les crises sont régulières et surviennent souvent au même moment de l'année. La céphalée dure plus ou moins longtemps et disparaît aussi brusquement qu'elle survient. La céphalée de Horton se manifeste toujours en série. Les crises peuvent se produire tous les jours pendant quelques semaines, disparaître pendant des mois, voir des années, et réapparaître pour une nouvelle série.

Migraine :

La migraine commune, appelée aussi migraine sans aura, est la plus répandue de toute. Elle affecte environ 20% de la population, plus souvent les femmes que les hommes. Dans certains cas, il peut n’exister qu'une seule crise au cours de la vie mais, en général, les crises se répètent, et ceci à intervalles plus ou moins variables. La migraine commune s'installe doucement sous forme de pulsations intracrâniennes qui s'étendent à la moitié droite ou à la moitié gauche de la tête, voir des deux côtés simultanément. La douleur peut survenir à n'importe quel moment de la journée ou durant le sommeil. Il s’y associe le plus souvent des nausées, des vomissements, une intolérance à la lumière et au bruit forçant la personne à rester tranquille dans le noir. Les efforts, la toux, les éternuements intensifient les symptômes. La crise de migraine peut durer de 2 heures à plus de 3 jours sans interruption.

La migraine classique, ou migraine avec aura, est annoncée par une atteinte de la vue et un scintillement qui peut s'étendre jusqu'à la moitié du champ visuel de chaque œil. Après une vingtaine de minutes, les troubles visuels tendent à disparaître, mais sont souvent suivis de nausées et de vomissements. On peut également ressentir une certaine gêne à la lumière. Dans les cas sévères, le patient peut présenter des vertiges, un affaiblissement d'une moitié du corps, une sensation de fourmillement ou même un strabisme.

Causes :

On ignore la véritable cause de la migraine mais certains facteurs semblent la favoriser, dont l'hérédité est l'un des principaux. 
Certains facteurs psychologiques peuvent aussi la provoquer : les personnes anxieuses, colériques, surmenées ou déprimées sont plus exposées que les autres aux crises de migraine. Parfois, la crise survient à la suite d'une émotion forte ou d'un changement important d'habitudes. La migraine peut aussi être provoquée par des facteurs environnementaux : la lumière intense (fluorescents et écrans d'ordinateurs), le bruit, les odeurs fortes et pénétrantes, les produits chimiques, les températures extrêmes (grand froid ou canicule) et la pollution de l'air peuvent déclencher une crise de migraine chez les personnes qui y sont particulièrement sensibles. Les changements d'hormones provoquées par les menstruations, la grossesse, la ménopause ou l'utilisation de contraceptifs oraux tendent aussi à augmenter l'incidence de la migraine. L'hypoglycémie agit parfois comme facteur déclenchant de même que certains médicaments comme les antihistaminiques ou les diurétiques. Dans la majorité des cas, cependant, la migraine est déclenchée par la consommation de certains aliments.

Aliments à éviter :

La seule consommation de deux ou trois tasses de café par jour est parfois suffisante pour provoquer une migraine chez certaines personnes.

La tyramine est naturellement présente dans plusieurs aliments riches en protéines. Elle apparaît aussi au cours de la fermentation, du vieillissement ou du marinage de certains aliments. En général, cette substance est neutralisée par l'organisme, mais chez certaines personnes elle ne l'est pas et peut provoquer des effets secondaires comme la migraine. Les maux de tête causés par la tyramine surgissent parfois immédiatement après l'ingestion d'un aliment, mais ils peuvent aussi se manifester jusqu'à 12 heures après.

Les principaux aliments qui en contiennent sont le vin rouge, les fromages vieillis, la crème aigre, les saucissons secs, les poissons marinés ou salés, la sauce soja et la levure. 
On utilise les nitrites depuis des siècles pour la conservation des viandes. Non seulement les nitrites ont un effet antibactérien, mais ils assurent aussi la couleur et la saveur des aliments auxquels ils sont ajoutés. Les migraines provoquées par les nitrites sont caractérisées par une douleur sourde souvent accompagnée par une rougeur du visage. La plupart des viandes préparées ou fumées en contiennent, comme le bacon, les saucisses, le saucisson de Bologne, le jambon, et les poissons fumés.
Le glutamate de monosodium a la propriété de rehausser la saveur des aliments. En général, il ne provoque pas de réaction mais les personnes qui y sont sensibles en ressentent les symptômes 15 ou 20 minutes après en avoir consommé. La migraine est alors accompagnée d'une sensation de picotement dans le visage et de brûlure au niveau du torse. Le glutamate de monosodium est couramment utilisé dans la cuisine chinoise, mais on le trouve aussi dans un grand nombre d'aliments préparés, comme les soupes ou les viandes en conserve, les mets congelés, les sauces préparées et les mélanges d'assaisonnements.

Largement  utilisé comme succédané du sucre, l'aspartame est souvent mentionné comme un des facteurs déclencheurs de migraine. Habituellement, la migraine se manifeste immédiatement après avoir consommé des aliments, des boissons, de la gomme à mâcher ou des friandises contenant de l'aspartame.

L'abus n'est pas toujours le principal responsable des maux de tête dus à l'alcool. Certaines personnes auront une migraine même après en avoir consommé une petite quantité. Certaines boissons alcooliques contiennent en effet plusieurs substances susceptibles de provoquer la migraine. 

Certaines sont naturellement produites au cours des processus de fermentation, de distillation ou de vieillissement de l'alcool, comme la tyramine, d'autres sont ajoutées pour aider à leur conservation, comme les sulfites. Plus une boisson alcoolique contient de ces substances, plus elle est susceptible de provoquer des maux de tête. C'est le cas du vin rouge, du champagne et des alcools foncés, comme le scotch ou le cognac.

Certains fruits et légumes peuvent aussi causer des migraines chez certaines personnes. Les plus connus sont les agrumes et leur jus (orange, citron, pamplemousse et lime), les ananas, les bananes, les figues, les raisins, les prunes, de même que certaines légumineuses (fèves de Lima, lentilles, fèves de soja), la choucroute et l'oignon.

Traitements et prévention :

Que ce soit alimentaire, organique ou émotionnel, il s’agit toujours d’un dérèglement du fonctionnement d’un organe ou d’un méridien.

Dans bien des cas, une prise en charge comprenant la chiropractie, l’acupuncture ou l’auriculothérapie, ainsi qu’un rééquilibrage alimentaire, donne des résultats époustouflants qui permettent aux patients de retrouver une vie normale.

Il est impératif de redonner au corps et au mental, toutes leurs fonctions optimales afin d’assurer une digestion et un drainage maximum. Foie (soumis au stress et à la colère) et intestins sont deux organes à contrôler en priorité dans les migraines.  

Le principe du traitement consiste à corriger les deux premières cervicales qui contrôlent l’irrigation du crâne et du cerveau, de vérifier et de débloquer le nerf C2 ou nerf d’Arnold qui donne des névralgies capillaires et crâniennes pouvant être prises pour des migraines, et de prendre en charge la régulation énergétique du foie, de la vésicule biliaire et des intestins qui sont à l’origine de la non tolérance de certains aliments dits à l’origine des maux de tête.

La correction de zones dorsales contrôlant neurologiquement le foie et la vésicule biliaire est souvent associée afin de parfaire le traitement.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×