Aider son système Lymphatique

 

naturo lymphe logo

En soignant son alimentation

Il existe une alimentation susceptible d'améliorer la circulation veineuse et lymphatique, de lutter contre la rétention d'eau et la perméabilité des capillaires. Certains aliments sont bénéfiques, d'autres vont aggraver des faiblesses existantes. On abuse des fruits rouges, cassis et myrtille, riches en vitamine P qui diminue la perméabilité capillaire. Les citroflavonoïdes des agrumes contiennent une substance active sur la rétention d'eau : la diosmine. Enfin, la vitamine E et le sélénium ont un effet protecteur sur les parois veineuses (dans les avocats, les noix, les amandes et les poissons des mers froides)

Une diète alcaline est de mise et l’ajout d’aliments verts peut contribuer à renforcir ce type de diète.

Les jus frais, le jus d’herbe de blé, les germinations et les lacto-fermentations également. La consommation de fibres doit être augmentée durant la cure et même au quotidien. 

En même temps, on limitera les aliments trop salés et sucrés, consommation d’alcool, de café, de boissons gazeuses, de tabac, de viande rouge, etc. Il faut se méfier des plats industriels (pizzas, soupes) et des sucres raffinés (pains blancs, viennoiseries) qui contribuent à rigidifier les fibres de collagènes emprisonnant ainsi l'eau et les graisses dans un filet, ce qui donne l'aspect «peau d'orange». Et on n'oublie pas de nourrir le muscle, celui-ci est la meilleure contention naturelle. Plus il est tonique, plus il facilite le retour veineux et lymphatique. Au menu, des protéines : végétales ou animales mais de préférences maigres.

Les techniques pour stimuler

L'activité physique : La circulation de la lymphe résulte essentiellement des mouvements du corps et de la contraction des muscles. Bougez, et vous augmenterez votre circulation lymphatique de façon radicale.

La respiration profonde : Le mouvement du diaphragme, ce muscle qui sépare le thorax et l’abdomen, permet de «relancer» la circulation lymphatique. Des techniques de respiration que l’on utilise pour le chant, les arts martiaux, le yoga, permettent d’assouplir et d’étirer le diaphragme. Il sera alors plus efficace. 

Une bonne hydratation : Une rétention de liquide peut également nuire à une bonne circulation lymphatique. Il est donc important de boire beaucoup d’eau (au moins 8 verres par jour). On peut également réduire la rétention d’eau en limitant la consommation de sel.

Le brossage à sec : j'en parle ici sur cet article.

Le drainage lymphatique :  Alors je serai plutôt sur le réserve sur cette pratique, qui certes donnent d'excellents résultats mais encore faut-il que les émonctoires soient libres pour le pratiquer ! C'est comme si vous rouliez sur une nationale encombrée, puis que vous décidiez de prendre une autoroute (drainage lymphatique) mais que les sorties de celui-ci soient bouchées : résultat >> on avance pas plus c'est même pire !

Donc pour pratiquer un drainage lymphatique il faut vraiment libérer ses émonctoires un minimum ! J'en parle ici 

 Par contre s'il est pratiqué dans les règles de l'art il peut s'avérer utile lorsque l'oèdème est déjà bien installé. Cette technique de massage doux, réalisé en général par les masseurs-kinésithérapeutes. C'est une succession de petites pressions répétitives avec les mains ; celles-ci ont pour but de pousser la lymphe vers les ganglions lymphatiques. C'est pourquoi un massage lymphatique doit être léger, réalisé dans un seul sens (celui de la circulation de retour) et chaque séance doit durer au moins une heure pour être efficace.Cette technique se révèle particulièrement efficace pour les membres inférieures.

Utilisation de plantes nettoyantes du sang et de la lymphe : Il est aussi possible d'avoir recours aux bienfaits de la phytothérapie qui met à notre disposition des plantes drainantes qui favorisent l'élimination des déchets. 

En général ces plantes s'adressent plus spécifiquement à l'un ou l'autre des grands émonctoires (organes permettant l'élimination des déchets hors de l'organisme). On peut ainsi utiliser pour favoriser le travail du foie des plantes comme l'artichaut, le desmodium, le radis noir ou le pissenlit. Pour venir en aide aux reins on privilégie la piloselle ou le pissenlit.

 Pour aider la peau à éliminer les toxines, rien ne vaut une association de bardane, de saponaire et d'ortie par exemple. 

 Ces plantes drainantes pourront être associées à des plantes diurétiques comme la bruyère ou la queue de cerise pour ne parler que des plus connues. L'élimination sera ainsi facilitée et le système lymphatique retrouvera ainsi toute son activité. 

La consommation de légumes racines peut venir compléter l’action nettoyante des plantes.

En conclusion

Il est important de prendre conscience de l'importance du système lymphatique dans le maintien en bonne santé de notre organisme. Il s'agit d'un véritable éboueur dont le labeur discret mais incessant nous est indispensable.  L'activité physique et les bonnes habitudes alimentaires vous aideront à retrouver un système lymphatique en meilleur état. 

N'hésitez pas à consulter un naturopathe qui pourra vous aider au mieux et vous faire un bilan de vitalité complet et pointu adapté à vous uniquement.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site