* HERPES *

L’HERPES

 

L’herpès est une maladie fréquente due à un virus qui s’appelle l’herpès virus qui se classifie en deux virus herpétique : l’Herpès Simplex Virus 1 (HSV 1) et l’Herpès Simplex Virus 2 (HSV 2).

Pour schématiser, le HSV 1 touche le corps dans sa partie supérieure (au dessus de la ceinture), responsable en général de l’herpès labial et le HSV 2, sexuellement transmissible touche la partie inférieure du corps.

Le HSV est très contagieux. De nombreux individus (on estime à presque 80%) ont été infectés et sont immunisés. Mais ils ont gardé le virus dans leur organisme et quelquefois, celui-ci s’extériorise. 
A ce moment-là la personne est contagieuse et peut transmettre le virus quelques jours avant que le virus ne donne de lésions et quelques jours après. Il existe des porteurs sains qui n’ont jamais aucune lésion cutanée ou au niveau des muqueuses mais qui sont contagieux et transmettent le virus sans le savoir.

Les patients qui ont un herpès récidivant connaissent très bien les signes avant coureurs d’une éruption herpétique : une douleur à type de brûlure, des picotements, un prurit apparaissent dans les jours précédent l’éruption d’unbouton de fièvre par exemple.

Lorsqu’un organisme, souvent un enfant entre l’âge de 6 mois et 4 ans, est pour la première fois en contact avec le virus de l’herpès, il fait une primo-infection et les réactions peuvent être sérieuses avec une atteinte de l’état général, de la fièvre, une éruption cutanée ou muqueuse importante, voire une atteinte neuro-méningée. L’herpès, à l’occasion d’une primo-infection, peut toucher l’intérieur de la bouche et provoquer une gingivo-stomatite importante avec des ulcérations douloureuses dans toute la bouche, voir une angine herpétique empêchant toute alimentation.

De nombreuses personnes feront une primo-infection asymptomatique. Après une primo-infection, l’organisme aura fabriqué des anti-corps spécifiques anti-herpétiques et saura se protéger contre d’autres attaques.

Mais le virus de l’herpès restera à vie dans l’organisme infecté, en sommeil dans un ganglion nerveux de l’organisme ; il ressurgira à l’occasion d’une fatigue, d’une baisse de l’immunité, d’un stress et toujours au même endroit mais de façon beaucoup moins vigoureuse que lors de la primo-infection.

Le bouton de fièvre :
Au niveau de la bouche, le HSV est responsable du classique bouton de fièvre qui apparaît sur le bord des lèvres, lors d’une exposition au soleil, à l’occasion d’une baisse de l’état général, une infection, une période de stress… Après un ou deux jours de gêne du type sensation de brûlure, picotements, apparaissent des vésicules qui se remplissent d’un liquide jaunâtre formant un bouquet herpétique ; les vésicules sèchent, se transforment en croûtes qui tombent sans laisser de cicatrice. L’éruption dure une dizaine de jours.

Dans l'œil : la kératite herpétique
Au niveau de l’œil, l’herpès peut provoquer des lésions irréversibles et une cécité. Il atteint alors la cornée (peau transparente devant l’iris et la pupille), entraîne une inflammation de ce tissu qui laissera des cicatrices opaques provoquant des troubles de la vue parfois majeurs. La kératite herpétique peut être due à une auto-contamination : le patient touche sa lésion herpétique puis se frotte les yeux : le virus peut alors être inoculé. Une kératite herpétique peut se voir chez des nouveau-nés qui auront été infectés au moment de leur naissance par leur mère si celle-ci a fait une poussée herpétique génitale à ce moment-là.

Le panaris herpétique :
Classiquement c’est un enfant qui fait une primo-infection herpétique au niveau de la bouche et qui suce son pouce. Le pouce présentera une lésion qui ressemble à un panaris.

L’herpès génital :
La primo infection survient en règle générale chez les adolescents lors de leurs premiers rapports sexuels. Elle peut être très sérieuse chez les jeunes filles avec l’apparition de vésicules vulvo-vaginales qui crèvent rapidement, remplacées par des ulcérations étendues, très douloureuses, associées à des troubles urinaires. Les lésions peuvent nécessiter une hospitalisation. La contagion lors de rapports sexuels oraux-génitaux existe aussi.

L’herpès n’est pas une maladie grave en général, mais elle est très contagieuse, beaucoup de personnes portent le virus et font des poussées herpétiques tout au long de leur vie. La primo infection passe souvent inaperçue mais elle peut parfois apparaître de façon agressive. La maladie herpétique est grave quand elle atteint l’œil, en particulier chez le nouveau-né de mère infectée.

LA PRISE EN CHARGE :

Quelque soit le type d’herpès, c’est toujours le méridien du foie qui est en cause. Celui-ci n’apportant plus assez d’énergie aux endroits d’expressions de l’herpès, celui-ci se réveille et engendre une crise herpétique.

Il faut savoir que le trajet du méridien du foie fait le tour des organes génitaux et fini dans l’œil. Le foie est drainé par les intestins, qui eux, font le tour de la bouche, des gencives et du sillon naso-génien.
Une crise d’herpès est liée a un feu du foie, c’est à dire à une hyperactivité énergétique de celui-ci, qui fonctionne non seulement avec l’alimentation, mais avec le stress, la colère et la frustration, tout cela aboutissant à un état de fatigue autorisant le virus, en sommeil, à s’extériorisé, la faiblesse du corps ne permettant plus de le stabiliser à l’intérieur du ganglion.

Encore une fois, ce n’est pas le germe qui est responsable des crises et éruptions, mais la faiblesse du terrain du patient. Un travail sur le foie et les intestins en médecine chinoise permet d’avoir d’excellent résultat sur la crise et encore plus sur les personnes à récidives fréquentes.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×